Schuld

Zerreißt von innen

Ist ein Parasit

Ist aggressiv und schnell und übermannend

Wie Krebs

Nimmt Luft zum Atmen

Schreit nach Vergebung

Die sie erlischt

Bettelt, fleht

Ist hysterisch

Und vollkommen ernst

Ist laut,

Ohrenbetäubend

Entzieht Energie

Sitzt in der Brust

Dockt an

Wie ein Virus

Verbreitet sich schnell

Erblindet

Ist selbst

orientierungslos

Ist haltlos

Rückhaltlos

Bodenlos

Liegt auf der Erde

Ausgesaugt

Elendig

Schluchzt

Ein Butterbrot

Wenigstens ein Butterbrot hätte ich dir schmieren können

Bleibt liegen bis zum Sonnenaufgang

Flutlichtstadt

Ich steig aus dem Meer

Salz liegt in der Luft

Solebad

Es ist dunkel und frisch und septemberwarm

Vor mir deine Fassaden

Ein Freund monierte

Sie seien zu artifiziell

Zu touristisch, zu Disney

Er tät sich nicht wundern

Hätt man dich als Plattenstadt auf die Erd gesetzt

Vorhin noch schimmerten sie rötlich

Jetzt werden sie bestrahlt

Weiße Flutlichter

Hundertfünfzigmeter lang

Steh ich mit Brett im Rampenlicht

Disko

Das Wasser ist ganz weiß

Würd ich reingehn,

Ich Engelchen,

Man würds nicht sehn

Ein Surfer sagte mal

‚Unter den Wellen sein,

Das ist wie Disko

D-dum, d-dum, d-dum

Man muss bloß warten

Bis der Bass sich beruhigt‘

Coeur pleurant

La chaleur
Mon cœur qui pleure
Fortement
Remis dans son passé
Plus jeune, plus ptit
Plus grand celui
à côté de moi
Me prend dans ses bras
Partage sa chaleur
Chaude et empathique
Qui parle avec ses mains
Son corps entier
Une voix qui ressente
Qui voit
Qui soulage
Une vie qui commence

Revolt

Die Foule marschiert vorüber

Schreit

Wut

In Heißluftballons

Träne steigt in meine Augen

Eine Faust schlägt in den Himmel

Beat vibriert in meinem Körper

Flaggen fegen

über

meine Haare

Wörter reichen mir die Hände

Branleurs

Vincent, Louise, Alice.

 

V : « Il y a des artistes, qui sont des branleurs, franchement des branleurs »

L : « Mais Vincent, arrêtes ! C’est pas des branleurs ! »

V : « Si. Si tu vas dans le sud. Je dis pas que chaque artiste est un branleur, mais plus tu vas dans le sud, plus il y en a. Tu vois ce que c’est, des branleurs, Alice ? »

A : « Non. »

L : « Mais Vincent, arrêtes ! »

A : « C’est quoi ? »

L : « C’est très vulgaire, Alice. C’est plus que vulgaire ! Tu as appris ça pas chez nous ! »

A : « Mais, c’est quoi ? Dis-moi Vincent »

V : « Comment traduire branleur, Louise ? »

L : « Je sais pas. Je vais écrire à mon p’tit copain. Attends je lui écris. Tu sais à qui j’écris ? »

V : « Tu écris à Joshua. »

L : « Non, j’écris à Friedmann. »

V : « Oh, il va le savoir sûrement. »

L : « Oui, il le sait sûrement. »

Pause de trois secondes.

V : « Et alors ? »

L : « Mince, il n’a pas encore lu le message. »

V : « A-t-il répondu ? »

L : « Mais je dis, il a pas encore lu le message. « 

V : « T’as jamais entendu le mot branleur, Alice ? »

A : « Non »

V : « Allez il faut lire plus. Là il te manque quand même un peu de lecture »

L : « Mais Vincent. On l’utilise pas le mot, Alice »

V : « Ça a une forte connotation sexuelle »

L : « Eh ben justement ! »

V : « Mais pas que »

L : « Non, pas que »

V : « Si nous on l’utilise, c’est pour dire que quelqu’un fait rien »

L : « Mais on l’utilise pas avec la connotation sexuelle ! »

V : « Branler ça veut dire masturber, en fait. Quelqu’un qui fait rien d’autre que masturber » (rigole) « un mot comme ça existe en allemand ? »

A : « Non. Je pense pas. »

L : « Message de Friedmann. » (elle lit) « Bonjour Louise, tu peux utiliser branleur dans deux sens. Le premier: Faulpelz. Le deuxième: Wichser »

Alice rougit.

Oh du Theaterluft

Nach Garderobe

Und Staub

Bisschen stickig

Aber versprichst einen Ausgang

Oder Durchgang

Ein Licht

Nach altem Teppich

Und Dunkelheit

Und irgendwie,

Komischerweise,

Nach Finanzamt

Nach dunklen hölzernen Möbeln

Schreibtischen

Nichtrauchen ohne Rauchverbot

Dem Egon Krenz sein Büro

Nach altem Papier

Das im Reißwolf gärt

Bisschen antiquarisch

Bisschen trüb

Noch

Und dann Leben,

Hinter den gläsernen Türen,

Das sich aufstaut,

In deinen Gängen

Verheißungsvoll

Und explodiert,

Wenn ich eintrete

Oh würd ich doch eintreten!

Aber geht nicht

Noch nicht

Und wär ich doch in Unkenntnis!

Über deinen Geruch

Deinen Zauber